Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Oiseaux du Perche : Spatule blanche, Busard Saint Martin, Pic cendré et ... trouvez !
Oiseaux du Perche : Spatule blanche, Busard Saint Martin, Pic cendré et ... trouvez !Oiseaux du Perche : Spatule blanche, Busard Saint Martin, Pic cendré et ... trouvez !Oiseaux du Perche : Spatule blanche, Busard Saint Martin, Pic cendré et ... trouvez !

Oiseaux du Perche : Spatule blanche, Busard Saint Martin, Pic cendré et ... trouvez !

Le trajet de Longny-au-Perche à Mortagne-au-Perche m’est devenu habituel. Il s’étire sur quatorze kilomètres de la tranquille départementale 918 où s’égrènent quelques rares voitures et de temps en temps un tracteur qui bouche la route.

Après la montée longeant le cimetière, où un merle s’agrippe parfois au talus pour picorer de délicieuses graines, la petite route débouche sur un plateau. Dans le champ près de la première ferme sur la gauche, derrière un hangar, trois buses ont stationné cet hiver quelques jours, très occupées à se rassasier de vers de terre, par un temps froid peu propice elles avaient faim. J’ai appris plus tard fortuitement que cet agriculteur céréalier n’avait pas remué sa terre depuis douze ans et que c’est un vrai repaire de vers de terre.

Plus loin sur le plateau s’étendent de grands champs cultivés qui font les délices de nombreux corbeaux installés là en permanence comme une flottille de petits navires à voile noire, et l‘hiver de rassemblements par centaines de vanneaux huppés, ces oiseaux élégants qui se tiennent compagnie dans l’adversité.

Puis la route descend dans un bois où l’automne dernier s’étaient réfugiés des geais peu craintifs, visibles sur la lisière. Le blanc et le bleu se détachant sur leur plumage marron leur donne une forte personnalité. Ce sont des oiseaux à qui leur mimétisme vocal permet d’imiter à s’y méprendre nombre de leurs congénères et si vous entendez chanter un merle, ou crier une buse, il n’est pas sûr que ce ne soit pas un geai.

En remontant vers la forêt de Reno Valdieu, un agriculteur a coupé presque à ras deux vieux chênes. Je me suis arrêtée et lui ai dit : « Vous savez qu’avec le réchauffement climatique, il est interdit de faire du feu en plein air ? » Il m’a répondu « Oui, mais c’est pour les particuliers. Les agriculteurs ont le droit ». Tu as le droit, mais est-ce que le réchauffement climatique tiendra compte du fait que tu es un agriculteur ?

A droite, en remontant sur la colline, j’ai trouvé un jour sur le bas-côté, un rapace impossible à identifier, tué par une voiture. Un de plus …

On traverse ensuite la forêt de Reno Valdieu, un fleuron du Perche, qui subit des coupes parfois drastiques. Pour se chauffer ou produire des grumes, et ne pas utiliser d’hydrocarbures, on abîme la forêt. Est-ce logique et écologique ? Une contradiction de plus …

Un peu plus loin cet hiver, le jour de grand verglas, j’ai soudain dérapé, braqué, contre braqué, re-contre braqué, et n’ai du mon salut qu’au fait que sur la gauche s’ouvrait à flanc de forêt un large terre plein gravillonné qui m’a permis de m’arrêter. Quelle frayeur !

La route ensuite tourne et retourne dans un paysage qui passe du bocage aux immenses champs cultivés. L’atmosphère est pleine de sérénité. Mais un petit bois a subi l’an dernier une coupe qui a bien enlevé la moitié de ses arbres et l’on voit au loin maintenant à travers ses fûts clairsemés. Je sais que cette coupe a rendu malheureux tous les habitués de cette petite route.

Avant d’arriver sur Saint Germain de Loisé, j’ai vu plusieurs fois une femelle busard qui rasait les champs et aussi un ou deux hérons cendrés, plantés immobiles, fascinés par le sol alentours.

A mon dernier trajet, vers vingt heures trente, tout était tranquille et le paysage s’enfonçait dans un mélange de nuances de gris perlé, je me suis arrêtée près d’un bosquet. Un faucon s’est élancé depuis un arbre en bord de route. Deux jeunes chevreuils gambadaient dans un pré. L’un d’eux s’est avancé sur la route et s’est immobilisé plusieurs minutes en plein milieu, attentif, figé, l’oreille aux aguets. Craignant qu’une autre voiture arrive alors qu’il était vulnérable, je redémarrais, il s’enfuit en bondissant au-dessus d’une barrière. Les animaux sont toujours inquiets, sauf dans les espaces non chassés, ils savent bien qui ils doivent craindre.

J’ai toujours mes jumelles avec moi. Un trajet en voiture permet d’observer les animaux avec qui nous partageons la campagne.

Christine L.

Tag(s) : #Christine L., #Textes de participants, #Oiseaux du Perche

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :